Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suffit-il de se tenir droit pour corriger sa posture?

Bonjour à tous ☺️

 

 

Voici mes dernières réflexions et prises de conscience sur le travail postural, je voulais vous les partager.

 

Nombres de vidéos circulent sur le net donnant des conseils pour améliorer sa posture.  Celles qui me font le plus rire (jaune) sont celles qui disent qu'il faut muscler les inter-scapulaires pour corriger les épaules qui tombent en avant...ou qui préconisent 2, 3 petits exercices ciblés sensés tout arranger... 

 

Quelle que soit la méthode que l'on utilise, ce n'est pas une bonne idée d’ « imposer » une "bonne" posture à quelqu’un.  Certaines méthodes ont la vision un peu simpliste suivante : si on fait l’effort de se tenir droit le plus souvent possible, on finira par corriger sa posture.  

 

 

Travaille-t-on correctement sa posture si celle-ci est la résultante d’un contrôle permanent suivant des consignes strictes et précises?  Est-ce un bon moyen de l’améliorer? 

 

First of all : Qu’est ce qu’une « bonne posture »? Est-il possible de la définir?

 

Votre posture est le reflet votre histoire, de votre tempérament, de votre état d’esprit, de la manière dont vous avez intégré les réflexes archaïques, de votre passé (ou présent) sportif, de la manière dont vous utilisez votre corps au quotidien, de votre activité professionnelle,… Tant de choses s’inscrivent, s’impriment dans la posture, en particulier dans les tissus conjonctifs que l’on appelle aussi tissus mous (« soft tissue » en anglais) par opposition au squelette.  Ces tissus sont aussi appelé les fascias dont j’ai déjà parlé dans plusieurs articles antérieurs.

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas le squelette qui représente la charpente de notre corps et soutient le reste des tissus. 

Un squelette vide ne tient pas debout. 

Un squelette auquel on a laissé les muscles ne tient pas debout non plus. 

Ce sont les fascias qui permettent à l’ensemble d’avoir une forme, ce sont eux qui relient toutes les structures entre elles et leur permettent de fonctionner, ce sont eux qui transmettent les forces, ce sont eux qui permettent à la musculature de s’organiser en chaîne myo-fasciales pour produire un mouvement.  

 

Selon le principe de biotenségrité, le squelette flotte littéralement entre ces tissus qui le maintiennent dans une position malheureusement pas toujours adéquate.

 

Biotenségrité

 

 

Quand je parle des fascias, je ne parle pas uniquement des aponévroses recouvrant les muscles, mais d’une suite de tissu ininterrompue reliant tout à tout, s’immiscent jusqu’au sein des cellules.  Tels les filaments d’une toile d’araignée, parfois plus denses, parfois plus lâches, la santé des fascias détermine la santé de l’organisme, tant au niveau biomécanique qu’au niveau cellulaire. 

 

Ces fameux « tissus conjonctifs » comme on les appelait autrefois, ont donc une importance capitale, insoupçonnée jusqu’il n’y a pas si longtemps.  

 

Notre posture étant tellement personnelle, est-il possible de vouloir faire rentrer tout le monde dans « le moule de la posture idéale »?  Les consignes "posturales" de bases, qui sont en générale assez similaires d’une méthode à l’autre (Alexander, Feldenkrais, Pilates, De Gasquet,..), vont-elles permettre une correction de la posture?

 

Moshe Feldenkrais

Différence entre POSITION et POSTURE 

 

Ma compréhension de la posture a fortement évolué au cours des dernières années, grâce à mes lectures, expériences professionnelles, prises de conscience et surtout grâce aux découvertes assez récentes sur le fonctionnement biomécanique du corps humain impliquant les fascias.  Vous pourrez remarquer une certaine différence de langage par rapport à certains articles plus anciens sur ce blog.  

 

J’ai compris qu’une posture est réellement corrigée (améliorée) quand elle devient  naturelle, inconsciente, quand elle vient de vous non imposée par des consignes extérieures pouvant, dans certains cas, créer plus de tensions que d’en libérer.  Une bonne posture est celle où vos articulations ne sont pas surchargées, où les fascias et les chaînes myo-fasciales sont équilibrées, où les forces se transmettent dans votre corps pour produire un mouvement harmonieux.  

 

Il y a souvent une confusion entre "position" et "posture".  Ce sont 2 concepts différents.

 

La POSITION que l'on adopte peut résulter de consignes de positionnement, par exemple repousser le sommet de la tête vers le haut, éloigner le sommet de la tête du coccyx,...  La position résulte donc d'un contrôle conscient et il est important de veiller à un bon positionnement lors de certains mouvements pour éviter les blessures principalement. 

 

Adopter une position en autograndissement en éloignant les ceintures comme par exemple dans la méthode De Gasquet, a énormément d'effets bénéfiques au niveau de la respiration, de la digestion, de la circulation,...

 

Toutefois, si une position peut être prise consciemment, en suivant des consignes que l'on appelle posturales mais je dirais plutôt des consignes de positionnement,  la posture est régulée par le système nerveux et est inconsciente. Les méthodes que j'ai citées plus haut (Feldenkrais, Pilates, De Gasquet, Alexander) accordent une grande importance à la position et c'est important et justifié. J'accorde aussi une grande importance à ces consignes, surtout quand elles sont associées au mouvement. Par contre, il ne s'agit pas d'un réel travail "postural".

 

La POSTURE : quand on fait une analyse visuelle d'une personne debout, cette personne n'a pas conscience qu'elle a une épaule plus haute que l'autre ou une rotation la cage thoracique dans un sens, ou une projection du bassin vers l'avant (ce sont des exemples). Même si cette personne est en autograndissement, ces déficiences posturales ne pourront pas se corriger.

 

En dynamique, lors de l'analyse de la marche ou de la course, c'est pareil. Même si on "fait attention" à sa position, on n'a pas conscience de la rotation du bassin plus forte d'un côté que de l'autre, d'un genou qui tourne vers l'extérieur avant de toucher le sol,... L'amélioration de la posture statique et dynamique est un autre travail impliquant d'autres paramètres.  

 

La compréhension profonde du principe de tenségrité (entre autres) auquel répond l’organisation biomécanique du corps humain (et des autres organismes) est primordiale pour entreprendre un travail postural porteur et réellement bénéfique. 

 

 

Le but n’est pas d’entrer dans un moule, mais d’améliorer sa posture personnelle, après analyse statique et dynamique par un thérapeute et mise en place d’un « plan d’action » pour libérer les zones trop tendues et tonifier les zones hypotoniques.  

 

Si quelqu'un a du mal à se tenir droit, adopter des meilleures positions (assise, lors de mouvements,..) va déjà lui faire du bien mais s'il existe des tensions fortes qui empêchent cette personne de "se tenir droit", il y a également un risque que ces positions trop contrôlées et tenues trop longtemps induisent des tensions supplémentaires aux tensions déjà présentes  (voir ces article que j'ai écrit l’année passée sur ce sujet : http://www.emmagomez.be/2017/01/posture-statique-et-posture-dynamique-comment-garder-une-bonne-posture-en-mouvement.html et http://www.emmagomez.be/2017/07/posture-du-mouvement-avant-tout.html)  

 

 

Un déséquilibre de tensions au sein d'une chaine myo-fasciale ou entre les chaînes myo-faciales entraînera une position inadéquate du squelette ou de certaines articulations provoquant trop de contraintes.  Ces contraintes pourront avoir différentes conséquences : inflammations, arthrose, douleurs diverses,...

 

L'objectif est plutôt de trouver une manière de diminuer ces tensions, de les libérer par une action sur les tissus mous et de les ajuster par le mouvement (mouvements soigneusement choisis et étudiés).

 

Nous sommes évidement ici dans la thérapie, dans la rééducation de l'appareil locomoteur donc dans un travail plutôt réservé aux kinésithérapeutes/thérapeutes manuels/ostéopathes (en tous cas pour les manœuvres de thérapie manuelle visant à libérer les fascias).

 

Les posturologues utilisent une autre porte d'entrée : les exocapteurs, les endocapteurs et l'axe visio-podal.  La complémentarité entre les différents thérapeutes est intéressante et importante en ce qui concerne la posture.

 

 

Ostéopathie -  chiropraxie 

 

 

Les « perturbations » qui sont là depuis peu (chute, faux mouvement) peuvent être corrigées par des manipulations sur le système squelettique.  

 

Par contre, les désordres posturaux qui sont installés depuis longtemps sont inscrits dans les tissus conjonctifs, les fascias.  Une manipulation de type ostéopathie ou chiropraxie (thrust) qui vise à redonner du mouvement à une articulation bloquée, ne tiendra pas dans le temps car les tissus mous resteront dans leur état d’étirement ou de spasme. Ce sont eux qui maintiennent l'articulation, si la tension au sein de ces structures n'est pas ajustée, la manoeuvre sera à répéter encore et encore.  

 

Il ne suffit pas de libérer la tension au niveau des structures qui encadrent l'articulation bloquée, mais de remonter à la source, à la chaîne (aux chaînes) myo-fasciale(s) qui a (ont) conduit à ce blocage, donc à l'analyse complète de la posture. Ainsi, on pourra par exemple travailler sur la voûte plantaire gauche pour un déséquilibre au niveau de la ceinture scapulaire avec blocage dans les cervicales et une douleur au niveau du trapèze droit. 

 

Ceci est pour l'aspect thérapeutique.

 

Activité physique - Mouvement

 

Un autre moyen d’agir profondément sur la réorganisation des fascias est le mouvement mais cela prend du temps car il faut de 6 à 24 mois pour que les fascias se réorganisent et s'ajustent aux nouvelles contraintes.  L'activité physique est primordiale mais malheureusement, mal conduite, elle peut entraîner également des déséquilibres aux conséquences importantes... 

 

En cours collectifs, c'est un vrai challenge de donner des consignes applicables à tous.  La première chose est d'éviter de surcharger une zone en particulier.  A titre d'exemple, surcharger les fléchisseurs de hanche ou les rotateurs externes des fémurs qui sont responsables de l'équilibre du bassin et donc de l'équilibre postural de tout le corps n'est pas souhaitable.  

De même, tenir une position statique trop longtemps, sur support instable ou non, n'est pas souhaitable non plus.  

Comme je le répète souvent, le mouvement avant tout!

Posture consciemment corrigée VS posture corrigée réellement et inconsciemment 

 

Comme dit plus haut, s'obliger à adopter une posture juste (tête haute, épaules basses,…) sans travail plus profond,  même si c’est un bon exercice à faire sur une courte durée, ne permet pas d’améliorer la posture correctement.  Ce n’est pas tenable dans le temps.   D’ailleurs, peu de personnes se sentent à l'aise  lorsqu'elles se force à adopter cette posture « idéale » qui n'est pas naturelle.

 

Toutes ces consignes posturales extérieures ne seront d’aucune aide et n’auront aucun sens si perdez l’équilibre après avoir glissé sur une plaque de verglas par exemple, car votre posture va devoir s’adapter à cette perte d’équilibre à partir du système réticulé (système nerveux).

 

Par contre, si la tenségrité biomécanique de votre corps est en équilibre, si vos fascias sont en bonne santé et réagissent correctement et si votre système postural est équilibré,  vous récupérerez votre équilibre en limitant très fortement le risque de ce que l’on appelle le « faux mouvement » et donc de blocage articulaire ou de blessures.

 

 

 

Conclusion

 

La posture est quelque chose d’individuel.  Se conformer à des consignes visant une posture idéalisée n'est pas suffisant pour personne qui souhaite effectuer un bon travail postural.  La posture doit venir d’un ajustement INTERNE des tensions propres à telle ou telle personne et non de l’imposition de consignes posturales EXTERNES généralisées à tous. 

 

La posture étant inscrite profondément dans le système nerveux, la conscientiser trop fortement ne permettra pas de la corriger réellement.  

 

!!Attention, je ne dis pas qu'il ne fait pas faire attention à sa position lorsque l'on fait un exercice ou un mouvement!!  Je parle ici de la posture quotidienne et naturelle. 

 

Si le changement postural devient inconscient, il a beaucoup plus de chance de tenir dans le temps.  Si ce sont des changements conscients et maitrisés artificiellement, ils ont peu de chance de perdurer. 

 

D'autres paramètres influencent la posture statique et dynamique comme l'intégration des réflexes archaïques, la relation contenant/contenu (viscères), la qualité des tissus influencée par la génétique et la qualité de l'alimentation,...mais je vais m'arrêter ici pour aujourd'hui 😉

 

 

Prenez soin de vous !!! Intelligemment... 

 

Vous êtes intéressés par une pratique sportive respectueuse et consciente? Par des conseils et recettes en alimentation santé? Abonnez-vous à ce blog pour être informés de futurs articles!  

Suivez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/emmagomez.synergie/?ref=bookmarks

N'hésitez pas à partager si vous pensez que cet article peut être utile à votre entourage!
 

 

 

Sources images

- https://fr.wikipedia.org/wiki/Moshe_Feldenkrais

- https://yogadansemontpellier.com/la-methode-alexander/

- https://wingchunsydney.com/2016/06/22/w-c-w-biotensegrity/

Biographie

- Anatomy trains de Tom Myers

- DVD Anatomy Trains de Tom Myers pour thérapeutes manuels.

- Différents articles de ce blog 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Emmanuelle Gomez sur le portail Overblog

Commenter cet article

Emilie Oum Kalthoum 22/02/2018 22:52

Bonjour,

Merci pour tous ces articles très intéressants.

Vous dites : "Un autre moyen d’agir profondément sur la réorganisation des fascias est le mouvement mais cela prend du temps car il faut de 6 à 24 mois pour que les fascias se réorganisent et s'ajustent aux nouvelles contraintes. L'activité physique est primordiale mais malheureusement, mal conduite, elle peut entraîner également des déséquilibres aux conséquences importantes..."
Et en ce qui concerne la marche ? Je me dis que c'est l'activité où il y a le moins de risques de mal faire ? Est-ce qu'on peut effectivement agir positivement sur les fascias avec la marche ? Si oui, à quelle fréquence ?

Merci

Emmanuelle Gomez 22/02/2018 23:52

Bonjour,
Oui, nous sommes fait pour marcher. L'être humain a la capacité d'emmagasiner de l'énergie cinétique et de la restituer lors de la marche et de la course, cela se passe au niveau des fascias. Si les fascias sont en bonnes santé (ondulés, hydratés, avec une juste dose de collagène et l'élastine), la marche et la cours ne demandent pas beaucoup d'effort.
Toutefois, les contraintes étant répétitives et localisées dues à l'amplitude réduite nécessaire au niveau articulaire pour marcher ou courir, il est nécessaire de faire des activités complémentaires incluant des mouvements en 3 dimensions et sur de plus grandes amplitudes.
Si vous n'avez pas encore vu l'émission sur les fascias disponible sur le site d'ARTE jusqu'au 25/02, voici le lien pour mieux comprendre :-)
https://www.arte.tv/fr/videos/070788-000-A/les-allies-caches-de-notre-organisme/

Anaïs 19/02/2018 13:35

Bonjour,
Je découvre votre blog et c’est une mine d’informations, merci beaucoup pour ce travail !
Je me demande donc vers quels types de thérapeutes se tourner ? Je ne pense pas que les kinésithérapeutes soient tous aussi bien formés...
Merci,
Anaïs

Emmanuelle Gomez 23/02/2018 00:04

Bonjour,
Merci pour vote message :-)
Et bien, je dirais vers des thérapeutes qui ont avant tout une vision holistique, qui ne coupent pas le corps en morceaux (exemple : mal au genou => soigner localement le genou sans chercher la cause de la douleur qui peut être à distance de l'articulation concernée par la douleur, n'a pas beaucoup de sens et ne sera pas efficace sur le long terme). Dans le corps tout est lié et on coupe le corps en parties à traiter séparément par facilité car c'est le fait de prendre le corps dans sa globalité qui est compliqué, mais passionnant!
En générale, les ostéopathes ont cette vision holisitique mais ils ne travaillent pas tous de la même manière.
Dans tous les cas, des thérapeutes qui ont plusieurs cordes à leur arc, plusieurs formations avec une boîte à outils fournie dans laquelle ils peuvent piocher la méthode qui conviendra à la personne.
Après les études de kinésithérapie, on n'est encore nulle part...Tout se joue par la suite, dans la manière d'envisager son métier en fonction de ses sensibilités et choix thérapeutiques et donc de formations complémentaires.
Il y a aussi les formations "officielles" et le travail que l'on peut faire en autodidacte. Par exemple par rapport aux fascias et à la tenségrité, j'ai fait un travail autodidacte avec le visionnage d'une 20aine de DVD en anglais (DVD pour professionnels) venant d'Amérique et la lecture de plusieurs livres car le sujet me passionne :-)
Bonne journée!
Emmanuelle

Cyrielle 22/01/2018 16:54

Je vous rejoins tout a fait merci beaucoup pour ces precieuses information Bravo
https://www.creationbienetre.com

Anne so 16/01/2018 23:23

Bonjour,
Merci pour cet article tres interessant :)

Je me demandais ce que vous pensez du yin yoga, où les postures sont tenues 3 à 5mn, et qui est connu pour agir sur les fascias?

Cette question m est venue suite à cette phrase : "De même, tenir une position statique trop longtemps, sur support instable ou non, n'est pas souhaitable non plus.

Comme je le répète souvent, le mouvement avant tout!"

Merci d avance de votre reponse,
Cdlt
Anne Sophie

Emmanuelle Gomez 23/01/2018 12:39

Bonjour :-)
Oui, les postures tenues longtemps agissent sur les fascias (tout comme d'autres types de stimulation). Je suis d'avis d'appliquer ces méthodes de manière personnalisée, uniquement si la personne en a besoin après analyse posturale pour choisir les postures appropriées et en association avec d'autres méthodes. (réponse courte car il y aurait de quoi dire beaucoup plus).
Bonne journée !