Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On ne peut pas séparer la biomécanique de la neurologie!

Bonjour à tous!
 
"Il faut éviter de ..."
"Il faut protéger ..."
"Attention, ne faites pas ..."
"Il faut contrôler..."
"Serrez, contractez,...."
 
 
Autant de consignes souvent employées qui s'adressent au néocortex, cerveau du contrôle conscient, mais qui peuvent avoir des effets négatifs sur le Mouvement, la Motricité et la Posture.
 
Je m'explique.
 
 
Un bébé, quand on lui laisse tout le loisir de développer sa motricité de façon naturelle (pas de trotteur, pas de position assise alors qu'il n'est pas prêt, pas de marche forcée en le tenant par les mains alors qu'il n'est pas prêt, pas de position prolongée -plusieurs heures- dans le relax ou le maxi cosy,....) n'a besoin d'aucune consigne pour apprendre à developper ses capacités motrices qui aboutissent à la maîtrise de la marche au bout d'une année environ.
 
Tout se passe par intégration sensorielle, ses sens lui permettent de mettre en place des apprentissages moteurs. C'est par les sens que la motricité se met en place, du cerveau reptilien vers le neocortex, pas l'inverse!
 
Pourquoi, une fois que nous sommes des adultes, cela en serait-il autrement?
 
Quand on reçoit des consignes extrêmement ciblées et précises sur comment nous sommes censés bouger ou se tenir, on est dans un contrôle conscient et volontaire. C'est comme si on dépendait d'une personne au savoir supérieur qui doit nous dire comment mouvoir notre corps précisément "pour ne pas se blesser".
 
Il est prouvé que la communication entre le néocortex et le cerveau limbique ne va que dans un sens, du limbique vers le néocortex pas dans l'autre sens. Cela veut dire que ces consignes, même si on pourra les exécuter correctement pendant quelques minutes, n'auront pas d'impact sur le contrôle postural qui ne dépend pas du néocortex, mais du cerveau limbique! (voir cet article que j'ai écrit il y a quelques semaines : http://www.emmagomez.be/2018/04/la-posture-n-est-pas-une-question-de-volonte.html
 
ON NE PEUT PAS SéPARER LA BIOMéCANIQUE DE LA NEUROLOGIE!
 
Ce type de consignes peut parfois entraîner une peur du mouvement, un hypercontrôle conscient qui ne laisse pas de place à la bio-intelligence innée. On pense qu'il faut absolument "faire attention" pour éviter de se blesser.
 
Le corps perd sa capacité à bouger naturellement. Si nous devons penser consciemment à la manière de bien se placer, c'est que nous avons perdu cette capacité réflexe. Si nous l'avons perdue, ce n'est pas par le contrôle permanent et conscient que nous la retrouvons, mais par des mouvements rythmés (entre autres) qui stimulent les sens pour améliorer la commande motrice.
 
Une peur (ou le manque) de mouvement naturel, délié, spontané fait perdre les capacités du corps à bouger, tant au niveau des tissus qui se fragilisent que d'un point de vue neurologique.
 
Les problème de motricité aux répercussions larges (dans les sphères cognitive, posturale et émotionnelle) apparaissent chez le tout petit et l'adulte en devenir quand quelque chose entrave la liberté de bouger.
 
Il en est de même pour les adultes. Nous nous blessons effectivement à cause de mauvais positionnements mais ceux-ci sont le résultat d'un manque de mouvements appropriés aboutissant à un mauvais ajustement du système postural statique et dynamique, pas d'un manque de contrôle volontaire.
 
L'amélioration de la posture doit passer par les sens, par une stimulation sensorielle pour améliorer les informations que le cerveau reçoit et ainsi lui permettre d'ajuster le tonus dans les différentes parties du corps. C'est un travail pluri-disciplinaire (posturologue, kiné, ostéo, tous les praticiens travaillant sur les capteurs posturaux et formés en réflexes archaïques) et cela peut s'améliorer à tout âge!
C'est parce que nos sens n'ont pas été/ne sont pas/ne sont plus assez nourris (ou pas de la manière adéquate) que la posture s'en ressent, que notre capacité innée à bouger s'altère.
 
De plus, toute contraction volontaire ciblée d'une partie du corps dans une position statique ou dans un mouvement perturbe la tenségrité et la transmission des forces, la communication au niveau des fascias. Voilà un autre sujet à developper dans un prochain article 😉.
 

Vous êtes intéressés par une pratique sportive respectueuse et consciente? Par des conseils et recettes en alimentation santé? Abonnez-vous à ce blog pour être informés de futurs articles!  

Suivez-moi sur Facebook : Emmanuelle Gomez - Kiné, Nutrithérapeute et Coach sportive

 

 
 
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Emmanuelle Gomez sur le portail Overblog

Commenter cet article